mardi 24 mai 2016

Le conquérant



La conquête de la passion sur l’indifférence. De l’intelligence sur l’indigence. De la beauté sur l’horreur. De l’authenticité montréalaise sur la frivolité cannoise. Il était là, devant une foule immunisée à la réelle sensibilité, à rendre hommage à Jean-Luc Lagarde, puis au grand costumier François Barbeau, dans une ambiance teintée d’indifférence. Il a finalement cité Anatole France. Ses émotions semblaient, telles de puissantes éruptions volcaniques, projeter au loin dans la salle une quête rendue réalité. Mais la foule demeurait centrée sur ses robes et costards trop chers, peinant à applaudir. Il fallait un gagnant plus vieux. Un film plus retenu. Il fallait revenir à la raison. Le fallait-il?


En regardant sa longue entrevue sur le plateau exceptionnellement cannois de l’émission On n’est pas couché, donnée une journée plus tôt, j’ai vu un homme maniéré au possible. Troublé. Angoissé. Dont la privation évidente de sommeil tronquait sa perception de la réalité. Il souriait, mais sa douleur d’avoir été liquéfié la veille par les critiques américaines rendait ses interventions moins éloquentes qu’à l’habitude. Il faut savoir ce que c’est que de se faire annuler à la dernière minute une succession d’entrevues avec les médias de l’Oncle Sam, qui avaient décrété à l’unisson que son nouvel opus était littéralement une merde à éviter. Il était atteint, blessé, mais il reviendrait.


Alors quand il a fait ce discours de victoire vibrant, j’ai lu de nombreux commentaires. Qu’il était triste, car il n’avait pas gagné la Palme. Qu’il n’était qu’un petit prétentieux subventionné. J’ai lu des tonnes de choses : plusieurs dithyrambiques, mais trop, toujours trop de jalousie, de rancoeur, de méchanceté. Dans une société fragmentée sur l’axe identitaire, divisée sur sa définition du progrès, salie par la dichotomie entre sa métropole et ses régions, nous avions devant nous, à des milliers de kilomètres, au centre de la Planète cinéma, l’un des nôtres qui conquérait. Il gagnait là où jamais nous n’avions gagné auparavant. Et en peuple adolescent que nous sommes, plusieurs le rabrouaient. Xavier Dolan incarnait à ce moment précis ce que nous sommes incapables de faire collectivement : gagner. J’espère qu’un jour il ne sera plus seul.

Mathieu

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails