vendredi 18 avril 2014

L’ovni

En ce vendredi saint, je vous offre un combo de Pâques, soit un billet plus personnel et une publicité qui détonne.

Je ne sais pas pour vous, mais parfois je me sens comme un ovni sur une autoroute aérienne près de l’aéroport O’Hare. Oui, comme un extra-terrestre, pas dans le sens monomaniaque du préfixe «extra», mais plutôt dans la solitude et le questionnement sur ce que je considère comme ma différence.

Quand tout va vite, peut-être trop vite, que les jours défilent comme un TGV et que les semaines semblent s’envoler comme les oies au Cap-Saint-Ignace, quand il n’y a que la créativité et l’efficacité qui priment, que mes actions deviennent systématisées, que je ne suis programmé que pour faire ce que je fais de bien et que je le fais sans trop y réfléchir, oui, je me sens exister, beaucoup, et jouir de cette vie trépidante peut paraître évident, mais rien ne l’est. Car à tout vivre, trop vite, trop fort, j’en viens à me désensibiliser. Or, quand tout s’arrête, comme aujourd’hui, la réalité me rattrape. Ma différence s’exprime dans ces rares moments où tout se fige autour de moi et que je crois ressentir toute la misère du monde en un instant, des cris de douleur de la mère qui vient de perdre sa fille de 3 ans au regard livide d’un enfant soldat au Libéria qui assiste à des assassinats sommaires en passant par la posture psychologique d’un itinérant vivant seul au froid toute la journée à quémander devant le Jean-Coutu sur Fleury. Toute la misère du monde concentrée dans ma poitrine. 

Je me sors de cet état par l’action, en jouant avec mon fils ou en allant à la rencontre d’un vieil ami, bref en me donnant de la perspective. Le Vendredi saint, pour moi, c’est pas mal toujours ça. Rien de religieux, mais un exercice spirituel où je tente de trouver un sens à mon rôle. 



Dans cette publicité de Dodge qui célèbre le centième anniversaire de la marque, j’ai beaucoup aimé voir de près ces centenaires et ces nonagénaires me prodiguer des conseils à la manière de sages dont les rides prennent tout leur sens dans le recul qu’il ont sur la vie. Ils véhiculent leurs préjugés, ils sont imparfaits, candides, touchant, mais ils restent toujours vrais. La marque se positionne ainsi comme une composante de l’identité américaine ancrée sur des valeurs authentiques. Ils sont beaux car ils sont animés par la vie. Comme nous devrions tous l’être: souvent la pédale au fond, mais aussi, parfois, dans le recueillement. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails